Hirson: une pétition contre la baisse des "contrats-aidés" lancée par le maire Jean-Jacques Thomas.

05 septembre 2017 - 1644 vues

Ce week-end, le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé sa volonté de réduire le nombre de contrats aidés. Peu de temps auparavant, le Président de la République donnait une interview au « Point » dans laquelle il parlait de « l’investissement humain », regrettant que les Français se soient « résignés à une vie démocratique sans sel ». 

Lundi, jour de rentrée, Jean-Jacques Thomas et la délégation municipale ont sensibilisé les parents d’élèves. La veille, le Maire d’Hirson avait rencontré le Préfet de l’Aisne pour lui faire part de la  décision gouvernementale. Une prise de position qu’il a réaffirmée hier dans un courrier en attirant l’attention de Nicolas Basselier sur les cas particuliers et la détresse de ces femmes et de ces hommes ainsi sacrifiés.

Voici la lettre qui accompagne cette pétition, déjà signée par plus de 1200 personnes. 

Monsieur le Président de la République,
Sans concertation, avant la rentrée de septembre, dans les associations et les collectivités, votre Gouvernement supprime 280 000 contrats d’utilité publique. A Hirson, dans des domaines aussi essentiels que les services municipaux aux personnes âgées, de la petite enfance et les écoles, vingt-sept agents – dont neuf dès ce mois de septembre – perdront leur emploi.
A 59 et 60 ans, difficile pour plusieurs d’entre eux de rebondir professionnellement. De plus, les renvoyer au RSA, c’est privilégier un assistanat qu’ils refusent. Utiles, pour beaucoup qualifiés grâce à leur insertion professionnelle, ils ne veulent pas rester chez eux à ne rien faire.
Monsieur le Président, nous vous demandons de revenir sur une décision injuste. A Hirson, dans les associations, les services, les ateliers et les jardins solidaires, l’utilité des CAE/CUI n’est plus à démontrer. Si l’insertion par le travail a un coût, celui de la dignité, lui, n’a pas de prix.

Lien de la pétition: ICI