Nord: qui est l’homme soupçonné d’être « le violeur de la Sambre »?

28 février 2018 - 4158 vues

Un homme a été interpellé lundi et placé en garde à vue par les enquêteurs de la PJ lilloise. Il est susepcté d'avoir commis une vingtaine de viols dans la région depuis 1988.

Le maire de Pont-sur-Sambre (Nord) n’en revient toujours pas. Lundi, les policiers de la police judiciaire de Lille ont interpellé et placé en garde à vue un habitant de la commune qu’ils suspectent d’avoir commis au moins une vingtaine de viols depuis trente ans. Un homme d’une cinquantaine d’années « très connu ici », qui semblait au-dessus de tout soupçon. « Les gens tombent de haut. C’est quelqu’un de très serviable. Jamais on aurait pu imaginer un truc comme ça », souffle Michel Détrait.

Des dizaines de femmes agressées
L’individu a été interpellé lundi matin, dans la rue où il habite « depuis une trentaine d’années », indique l’édile.

Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir agressé des dizaines de femmes depuis 1988. Selon nos informations, les policiers français sont remontés jusqu’à lui après le viol d’une femme, au début du mois de février, à quelques kilomètres de Pont-sur-Sambre, de l’autre côté de la frontière belge. Pas très loin de l’usine Framatome de Jeumont dans laquelle il travaillait comme ouvrier d’entretien.

Les enquêteurs ont remonté sa piste grâce à son véhicule qui avait été filmé par les caméras de surveillance belges. L’ADN de cet homme, qui n’était pas fiché jusqu’à maintenant, coïncide avec les prélèvements effectués dans plusieurs affaires similaires. Il devrait être mis en examen dans la journée. Le procureur de la République de Valenciennes donnera davantage de précisions lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi après midi.

Pourtant, Michel Détrait assure ne jamais avoir entendu parler de « violeur de la Sambre », comme les policiers l’avaient surnommé. « C’est une belle petite commune de 2.500 habitants, très tranquille », ajoute le maire de Pont-sur-Sambre. Une ville où tout le monde connaissait le suspect.

« Il avait été entraîneur et président du club de football durant de nombreuses années. Il avait cessé ses activités au sein de l’association depuis deux ans », signale le maire, soulignant qu’il faisait toujours partie du club de VTT.

Le suspect vivait dans la commune avec sa femme et ses trois enfants, deux filles et un garçon, dans une petite maison à la façade blanche, située à quelques mètres de la Sambre. Il est devenu grand-père depuis quelques mois. « Une bonne famille », dit Michel Détrait. Le maire raconte qu’il s’occupait particulièrement de son beau-père âgé. « C’est lui qui allait tout le soir le laver, le coucher. Il gérait tout ça », poursuit-il, décrivant le suspect comme un « gendre idéal », quelqu’un de « courageux ».