Sud-Avesnois / Thiérache / Laonnois: le bilan du week-end des "gilets jaunes".

26 novembre 2018 - 515 vues

Le bilan du weekend des Gilets Jaunes.
Saint-Quentin, Marle, Laon, Soissons, Hirson, Fourmies, ils étaient encore nombreux à manifester ce weekend, en organisant souvent des barrages filtrants plutôt que des blocages complets. Certains Fourmisiens ont fait le déplacement à Paris, où l'on pouvait apercevoir une banderole "T'es un vrai Fourmisien... si t'es à Paris"...

Un gilet jaune blessé vendredi soir à Hirson.
L'homme a été légèrement blessé vers 22h30 ce vendredi par un automobiliste qui voulait forcer le barrage du rond-point de Charleville.

300 gilets jaunes délogés par les CRS à Laon
Samedi après-midi, les CRS ont eu recours au gaz lacrymogènes. Les autorités étaient présentes au niveau du rond-point de l'Europe dans la nuit de samedi à dimanche pour éviter un retour des manifestants. Hier matin, les gilets jaunes étaient de retour sur le rond-point de l'escargot et de l'Europe, pour essentiellement constituer des barrages filtrants.

Gilets Jaunes: dimanche calme dans le Sud-Avesnois.

A Fourmies, les Gilets Jaunes ont cette fois choisi le supermarché Intermarché pour organiser des barrages filtrants. Un dimanche calme qui s'est vérifié dans l'ensemble du Sud-Avesnois-Thiérache jusqu'au Laonnois.

Les gilets-jaunes mobilisés ce weekend à la frontière franco-belge.
Une action a été menée ce weekend au point frontière d'Hirson-Macquenoise. Des gilets jaunes belges et français y filtrent depuis quelques jours les nombreux routiers venant des pays de l'Est.

St-Quentin: Un automobiliste poursuivi pour violences avec arme contre un gilet jaune.
Un homme d'une trentaine d'années, soupçonné d'avoir percuté un "gilet jaune" au rond-point Fayet de Saint-Quentin, devra répondre de violences avec arme, mise en danger de la vie d'autrui et délit de fuite. L'automobiliste avait forcé un barrage d'une centaine de "gilets jaunes" et percuté l'un d'entre eux, traîné sur le capot de la voiture sur une quinzaine de mètres. Le manifestant avait été blessé à la tête et avait eu quelques hématomes sur les bras et les jambes. L'homme nie les faits. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire et comparaîtra le 14 janvier.