Fourmies: entre incompréhension et colère pour les responsables de magasins de vêtements.

1096 vues
Télécharger le podcast

Ils doivent de nouveau baisser le rideau... Les magasins de vêtements sont dans l'obligation de ne pas ouvrir depuis le début de cette semaine, face à l'augmentation des cas de covid19, aux entrées en réanimation dans les hôpitaux. Une situation que déplorent les responsables de ces boutiques, à l'instar de Sandrine Kolano, responsale du magasin "Fringues et moi" à Fourmies. Même si le "click and collect" permet de maintenir une activité, les chiffres de vente n'ont rien à voir avec une ouverture traditionnelle. La décision peut d'ailleurs paraître injute, car les magasins de puériculture et les rayons de puériculture dans les hypers, considérés comme essentiels, peuvent eux, ouvrir. Dans l'interview que vous pouvez écouter ci-dessous, Sandrine Kolano tient également à nuancer les cas de covid dans les grandes villes, et dans des villes où la population est plus éparpillée, comme Fourmies. La commerçante tient une double casquette, puisqu'elle est également présidente de Fourmies Artisanat Commerce, et déplore ces fermetures qui se sont multipliées en l'espace d'un an. Ecoutez ses explications.