Laon: un nouveau commerce propose du cannabis light.

1947 vues
Télécharger le podcast

Brahim Kanoune vient d'ouvrir un nouveau commerce à Laon. Sa particularité: il s'agit d'une boutique de CBD, que l'on peut trouver sous plusieurs formes.

Qu'est ce que le CBD?
Pour comprendre le CBD, il faut savoir que l’on retrouve plusieurs molécules dans la plante de cannabis. On nomme ces molécules « cannabinoïdes ». La plus connue d’entre elles est le delta-9- tétrahydrocannabinol ou THC qui est recherchée pour son effet psychoactif. Cependant, le CBD ou Cannabidiol  fait partie de ces molécules également. À l’état naturel, le cannabis est chargé à 10 % en THC en moyenne. Cette concentration en THC est responsable des effets « planants » du cannabis. À l’inverse, le cannabidiol ou CBD n’est pas psychoactif. Ses effets seraient positifs sur certains symptômes et il possèderait notamment des propriétés relaxantes.

Est-ce légal de consommer du CBD? 
En France, la culture et la consommation de cannabis restent illégales. Comment peut-on alors commercialiser le CBD, une molécule présente dans le cannabis ? En fait, c’est la consommation de THC qui est interdite en France. C’est cette substance, qu’on retrouve dans le cannabis à hauteur de 10 % ou plus. Elle possède des effets psychoactifs importants et est considérée comme un stupéfiant. Le THC provient d’une autre plante que le chanvre, une sous espèce du Cannabis Sativa, souvent transformée pour être plus concentrée en substance psychoactive. A l’inverse de la molécule de cannabis CBD,  cette molécule peut être responsable d’effets négatifs comme des crises d’angoisses, des hallucinations, un déficit d’attention et peut créer une addiction chez son consommateur. Sa culture est également interdite.

Mais le CBD n’est pas un stupéfiant et les effets du CBD sont très différents du THC. On retrouve cette molécule en grande quantité dans le chanvre. Et cette plante contient naturellement une quantité infime de THC. C’est, en quelque sorte, la forme naturelle de la plante de cannabis.

Écoutez les commentaires de Brahim Kanoune.