Materne Boué: la direction s'adresse aux ouvriers dans une lettre. (INFO ÉCHO FM)


27 janvier 2019 - 4000 vues

C'est une lettre qui a été envoyée par la Direction Générale et la Direction Usine à l'ensemble des ouvriers de l'usine Materne le 24 janvier, et que nous avons pu nous procurer

"Madame, Monsieur,

Nous avons souhaité vous faire parvenir ce courrier afin de vous tenir informés de la situation que rencontre notre usine de Boué. Depuis le jeudi 17 janvier, un conflit social mené par une seule organisation syndicale, paralyse totalement notre usine en bloquant de manière illicite les accès à l'usine, pour les livraisons de matières premières et composants ainsi que les expéditions. Les revendications avancées concernent le pouvoir d'achat. C'est dans ce contexte que le 21 janvier, la Direction soucieuse de maintenir des relations sociales constructives avec l'ensemble des organisations syndicales, a décidé de maintenir les négociations annuelles portant sur les salaires. Cette démarche se voulait positive afin de trouver rapidement une issue à cette situation.
Lors de cette réunion, la Direction a pris l'initiative de manière exceptionnelle de faire des propositions d'augmentation qui serviront de point de départ aux discussions avec les partenaires sociaux, comprenant à ce stade:

Pour la Catégorie "Techniciens / Agents de Maîtrise":
- Augmentation générale de 1,8%
- Revalorisation de la grille des salaires Materne afin de la rendre plus progressive.

Pour la Catégorie "Cadres":
- Augmentation individuelle de 1,8%.

En complément à ces premières propositions, la direction a souhaité envoyer un message fort concernant le pouvoir d'achat en proposant également une négociation sur la " Prime Macron" s'élevant à ce stade de nos discussions:
- 350 Euros pour l'ensemble des salairés dont le salaire annuel est inférieur à 35 000 Euros au 31 décembre 2018
- 250 Euros pour les salariés dont le salaire annuel est compris entre 35 000 et 53945 Euros.

Malgré cette volonté de sortir rapidement de cette situation, le blocage total persiste. Cela a déjà des conséquences concrètes pour notre activité (coûts logistiques, d'immobilisation, et d'annulation de transports, coûts de destructions de camions de pommes, coûts de destruction d'en cours de production, paiements de pénalités liées aux ruptures de production chez nos clients) et aura des impacts financiers importants pour le reste de l'année et une dégradation de l'image de notre entreprise.

Comme vous le savez, nous sortons d'une année 2018 compliquée sur le plan commercial et financier, et 2019 est censé nous permettre de revenirà un meilleur niveau d'activité. Nous craignons donc que cette situation pénalise fortement notre capacité de rebond.

Notre priorité face à cette situation est de garantir la sécurité des personnes et des biens mais aussi de tout mettre en oeuvre pour permettre le déblocage de l'usine et la reprise d'activité.

Nous ne pouvons accepter les actions illicites et les comportements non appropriés, notamment dans une période de renouvellement de certications qualité qui conditionne l'activité future de notre Usine.

Nous essayons également de maintenir un dialogue constant avec l'ensemble des organisations syndicales et en particulier avec celle à l'inititative de ce mouvement.

Ainsi, il a été proposé à cette organisation syndicale une réunion de NAO (négociation annuelle obligatoire, ndlr) spécifique dès ce vendredi 25 janvier pour poursuivre les discussions autour de la grille de salaires Materne. Cette réunion devant nous permettre de préparer notre prochaine réunion de négociations prévue le 30 janvier 2019. Elle devait rassembler l'ensemble des partenaires sociaux ainsi que la Direction de l'usine et la Direction des Ressources Humaines.

A ce jour, cette tentative a malheureusement échoué, ce que nous déplorons. Devant une telle intransigeance, nous sommes contraints de réfléchir à toutes les possibilités pour nous organiser au mieux. Si cette situation devait perdurer, l'hypothèse d'une fermeture partielle de l'usine pourrait être envisagée, entraînant des conséquence sur le paiement des salaires.
Dans ce contexte difficile, nous remercions tous les collaborateurs qui ont permis de gérer au mieux la situation et appellons chacun, à prendre ses responsabilités notamment par rapport aux conséquences induites par ce mouvement.

Nous continuerons à vous tenir informés de la situation en espérant trouver une solution rapide afin de revenir à une situation normale.

Très cordialement,

LA DIRECTION GENERALE ET LA DIRECTION USINE."